samedi 26 avril 2014

Un voeu de silence cosmique :

 Un modèle naturel d'évolution jusqu'ici repoussé par une espèce 
sommée d'en prendre conscience à temps... ou de disparaître !
Une foi suicidaire : l'homme explique le silence cosmique en pariant de facto sur la mort
 avant évasion interstellaire de toutes les espèces potentielles, donc la sienne bientôt.

Une humanité née en apartheid cosmique n'exclura pourtant pas l'existence au moins potentielle d'une espèce née comme elle, mais devenue nomade sans l'en avoir informée : celle-ci n'aura d'ailleurs que prudemment choisi ainsi de ne pas provoquer de potentielles aînées plus avancées en amont en restant donc discrète comme elles-même envers des cadettes en aval ! Première ou dernière espèce évadée, ce voeu de silence cosmique respectera tout à fait un ordre universel déjà établi et la laissera elle-même indétectable par une avance (de centaines ou de milliers d'années) irrattrapable par des cadettes. Une chaîne de transcendance cosmique amorcée ou poursuivie par cette nomade imposera alors discrètement ce modèle d'évolution chez des voisines encore planétairement enfermées, et une humanité enfin raisonnable le choisira aussi pour vivre durablement. Si Dieu n'est pas encore né, une force de transcendance pareillement indépassable renaîtra sans cesse à l'infini en tête d'une chaîne de salut cosmique lancée ou seulement entretenue en aval. Que l'univers et la vie soient nés du hasard ou non ! 

Même née darwinienne, son choix préalable d'un apartheid cosmique lui aura ouvert la voie d'une évasion interstellaire vers un monde de création. Cette évolution contrôlée s'impose dès lors déjà universellement, les espèces se révélant à terme obstinément réfractaires ou incapables de suivre le modèle étant discrètement conduites à s'autodétruire par leurs aînées. L'avance considérable acquise par des nomades leur permettra d'intervenir de façon apparemment naturelle (changements climatiques, pandémies, séismes, complots, volcanisme, chocs d'astéroïdes, vents de plasmas...). L'exigence actuelle d'une entropie contrôlée de l'écosystème pour la survie de l'espèce conforte déjà cette hypothèse. C'est le voeu d'un silence cosmique rationnellement explicable, une hypothèse cohérente avec une science et une observation appelées à rester purement locales, à jamais enfermées au sein d'un univers globalement infini. Un enfermement qui restera lui-même surnaturel !

REPARER LA FENETRE BRISEE EN AVAL AVANT D'ALLER CREER EN AMONT, OU

La sous-traitance d'une communion exigée de la force et de la sagesse pour une paix universelle
Comme dans la théorie de la fenêtre brisée, une fenêtre terrestre dégradée sera à temps réparée : si personne planétairement n'en a cure, c'est en effet un appel lancé au "brigandage cosmique" !

Des nomades bienveillants contrôleraient ainsi discrètement en apartheid l'évolution des espèces encore planétairement enfermées. Toute déviation durable en aval conduira sinon à terme à des conflits interstellaires ingérables et destructeurs qu'il est plus sage de vouloir discrètement résoudre avant évasion. Des contacts véritables ne sont en effet pacifiquement envisageables qu'entre des espèces semblablement évoluées et déjà en communion dans une même allégeance cosmique : seuls des nomades malveillants ou inconscients contacteraient des espèces qui n'auraient pas déjà collectivement démontré leur allégeance cosmique dans leur façon intime de vivre. Toute espèce candidate au voyage demeurera sinon en tête d'une chaîne potentielle de malveillance qu'une transcendance éconduira ou recadrera, sans autre alerte que celle d'une conscience collective enfin éveillée et cultivée, seule capable de donner accès au monde de la création.

La communion n'est possible qu'entre des espèces semblablement avancées dans une communauté interstellaire locale : une autre phase d'évolution cosmique de la conscience. 

(Une image liée au monde réel qui semble n'être qu'un modèle d'épreuve : l'allégeance cosmique est le marchepied d'un contrat d'intérim à durée limitée qui donne l'occasion de prouver "sur le tas" sa capacité de créer, avant le contrat à durée indéterminée -CDI- acquis de droit en cas de succès à l'épreuve.)


L'HOMME RENONCERA A SON CHOIX ACTUEL DE BRIGANDAGE COSMIQUE. 

Il acceptera à temps cet héritage providentiel d'un voeu de silence éternel comme constante universelle. La science lui révélera sinon de nouveaux outils pour précipiter encore son autodestruction, comme le démontre un prédateur qui utilise tout son savoir (l'armement, l'atome, la robotique...) pour dégrader son écosystème en cultivant la précarité de la vie chez tous les plus faibles. 

Seule la dure expérience de l'échec vécu et répété pour être dépassé lui apprendra la vraie noblesse d'une vie durable en allégeance. Premier ou dernier dans la chaîne de l'évolution, toutes ses découvertes se transformeront en aubaines s'il vit noblement, ou en armes de destruction mutuelle s'il vit sauvagement. 

C'est l'image de l'enfant dans son parc (ou l'adolescent dans son quartier) laissé seul avec des jouets éducatifs ou non qui peuvent l'épanouir ou l'amener à s'autodétruire. L'apprentissage de la sagesse commence en effet déjà là par la ferme bienveillance de l'ascendant et la force primitive du descendant en interaction conflictuelle dans la recherche difficile d'un équilibre vital et responsable qui n'exclura jamais le risque. Une transcendance préparera de même en aval des espèces capables à terme de venir la remplacer en amont le moment venu. Avec le pari actuel de l'homme sur sa prééminence cosmique, une humanité qui exclut tout modèle de référence affiche déjà universellement sa préparation obstinée du déluge qui l'engloutira. 

Stephen Hawking conseille de ne pas rechercher le contact nomade, 
mais l'homme doit surtout démontrer d'urgence son allégeance :
Une démonstration l'engageant dans un projet de renaissance !

CAR LA FENÊTRE TERRESTRE NE SERA PAS RENOVEE CHEZ UNE OLIGARCHIE
 DE GRANDS BRIGANDS. LE TRAVAIL VIVANT SERA TOUJOURS TROP CHER :
Dans leur monde de robots, le travailleur (ouvrier, commerçant, paysan, employé, cadre, ingénieur, médecin, entrepreneur, savant...) restera malgré tout un étranger qui leur réclamera sa part de butin.
TOUT TRAVAILLEUR SERA DONC A SON TOUR ELIMINE !

L'homme n'est pas en prison ... mais bien entouré de bienveillance. 
Une espèce obstinée dans sa délinquance cosmique sera éliminée.
Mais le seul potentiel d'un apartheid de communion la conduira
à ne plus parier contre ce choix naturel et sage en apprenant
à vivre paisiblement entourée avant de vouloir s'évader ! 
       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire